03 octobre 2015 ~ 0 Commentaire

Jacques Halbronn Les Amours de Ronsard comme modéle des « Centuries de Nostradamus »

 

De certains paralléles entre les oeuvres attribuées à Ronsard et celles attribués à Nostradamus

par  Jacques Halbronn

On sait que Ronsard a loué  Nostradamus dans certains de ses poémes mais il s’agissait selon  nous des publicatons annuelles du dit Nostradamus, lequelles sont contemporaines des premières éditions des Amours.

« Comme un oracle antique, il a de mainte année

Prédit la plus grand part de notre destinée »

D’aucuns ont voulu voir dans un tel passage la « preuve » de la circulation des centuries, mais il s’agissair de publicatons année par année, comme l’indique le dit passage.

 

.. Mais il existe des similitudes formelles  entre le corpus des Amours et celui des Centiuries, soit deux ensembles versifiés. Ce rapprochement nous intéresse d’autant plus que nous ne croyons guère à un Nostradamus poéte.

 

Les deux volets

Il est à noter ainsi que dans les deux cas, nous sommes en présence de deux volets. En effet, les Amours de Ronsard seront suivis  d’une Continution des Amours, par la suite en 1560 (  Paris, Gabriel Buon)  appelée le Second Livre des Amours. Le Second Livre des Amours fera l’objet d’un commentaire en prose de Rémi Belleau (cf R. Belleau. Commentaire au second livre des Amours. publié par M. M. Fontaine et F. Lecercle,  Genéve, Droz, 1986), et l’on sait que les quatrains de Nostradamus firent eux aussi l’objet de commentaires, c’est à dire d’inteprétations.

On retrouvera une telle présentation dans des éditions plus tardives des Centuries, on pense à l’Eclaircissement de 1656 mais aussi en 1594 au Janus Gallicus de J. A. de Chavigny. Il est étonnantr de devoir noter que Belleau aborde le texte de Ronsard de la même façon que Chavigny celui des Centuries, en décortiquant vers par vers. On a ainsi l’impression que le moule des Amours aurait pu être repris pour les Centuries. En tout cas,  les Amours comprennent de très nombreux quatrains, au sein de sonnets.

Est-ce un hasard si les Centuries vont elles aussi  se présenter sous la forme de deux volets? on notera que Ronsard meurt en 1585 et qu’il aurait donc pu partiiper au processus de production des Centuries, même si l’on situe celui -ci au début des années 1580.

 

 

 

Singularités des premières éditions des Amours

L’on s’intéressera notamment  à la  fortune de la page de titre de la première édition des Amours en paralléle avec  des observations concernant les pages de titre des premières éditions des Prophéties (Centuries).

 

A Sur les éditions des Amours

La première édition de 1552 (Paris,  Veuve Maurice de la Porte) est connue avec et sans un livret musical mais dans les deux cas, on a le droit à la même page de titre. Vu que le privilège mentionne et les Amours et le livret musical, certains bibliographes de l’oeuvre de Ronsard semblent en avoir conclu que les éditions sans le livret seraient défectueuses. .

On notera par ailleurs que par la suite,  des éditions des Amours seront réalisées sans le dit livret, ce qui est le cas de l’édition ci-dessous:

.Les amours de P. de Ronsard vandomois, nouvellement augmentées par luy. Avec les
Continuations desdits Amours, & quelques Odes de l’Auteur, non encor
imprimées.  A Basle, Par Augustin  Godinet. 1557   BNF res pYe 1254 (1 et 2) V ol. 2

 

B  Sur les éditions des Centuries

On sait que la difficulté tient à l’existence d’éditions antidatées mais le probléme reste foncièrement le même, à savoir que l’on recycle d’anciennes pages de titre avec des contenus nouveaux qui n’y sont pas signalés.

Si l’on prend les exemplaires parus dans les annéess 1580 (cette décennie est selon nous celle de l’émergence des Centuries et pour les décennies précédentes, il ne s’agirait que de contrefaçons), il est clair que la même page de titre aura resservi en dépit de changements de contenu.

L’édition 1568 (donc  prétendument posthume) retient spécialement notre attention en ce qu’elle comporte une épitre à Henri II alors que ce point ne figure nullement au titre.A contario, les Présages Merveilelux pour 1557 qui lui servirent vraisemblablement de modéle, mentionnent ce point en leur page de titre.

 

 

 

Bibliographie

Michel Chomarat. Bibliigraphie Nostradamus  XVIe-XVIIe-XVIIIe siècles, Baden-Baden Ed  Valentin Koerner, 1989

Pierre Brind’amour,  Les premières Centuries ou Prophétes.Genéve,  Droz, 1996

Paul Laumonier, Tableau chronologique des oeuvres de Ronsard, suivi d’une ode inédite, 1573

Paris 1903

Abel Lefranc  LEs deux éditions des ‘Amours » de Ronsard publiées en 1553

Paul  Laumonier Ronsard Oeuvres complétyes  IV Les Amours  Paris, Didide, 1937

Jean -Paul Barbhier  Ma bibliothèque poétique. Deuxiéme Partie Ronsard, Genéve, Drozn 1990

Ronsard, Les Amours  H. et C. Weber  Garnier  1993

JP Barbier  Ma bibliothèque poéltique  Droz 1990

Gustave Cohen,  Ronsard, sa vie et son oeuvre  192

Gustave Cohen, Oeuvres complètes    Pléiaszn  NRF, 1958

Jean Céard,  D. Boulanger, M. Simonin,  Ronsard, Pléiade, 1993

 

Paris, 02 10 15

 

Tags:

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Catheprdm |
Cathocevennes |
Amour777 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Uliscom
| Homélies pour l'année ...
| Ecoute la vie en toi