19 mai 2016 ~ 0 Commentaire

jacques Halbronn Corrélation et causalité : à la recherche des chaînons manquants

Corrélation et causalité:  à la recherche des chaînons manquants

par  Jacques  Halbronn

 

Il est certes heureux de prétendre pouvoir établir une corrélation,, une analogie entre deux  données, entre deux « faits » mais il est à craindre que dans bien des cas, l’on en arrive à des conclusions discutables, à l’affirmation un déterminisme assez improbable.

Entendons par là qu’entre le facteur A  et le facteur X mis en rapport,  le passage de l’un à l’autre reléve d’une probablité relativement faible. Certes, les choses se sont passées ainsi mais elles auraient pu tout aussi bien se passer autrement et dans d’autres circonstances, cela a toute chance de se manifester autrement, ce qui risque dès lors de conduire à une fausse prévision.

Prenons le cas de la Shoah. On nous dit qu’elle correspond à ce que Hitler voulait, à savoir l’extermination du peuple juif et l’on nous cite des passages de Mein Kampf ou de tel ou tel discours. Qu’Hitler ait rêvé d’une Allemagne « judenrein »,  dont les Juifs auraient été « évacués », selon une formule utilisée, ne saurait faire de doute. En revanche, croire que ce « nettoyage ethnique » (comme il a pu se produire par la suite en Afrique)signifiait carrément leur extermination et pas seulement leur disparition, nous semble tout à fait abusif. Dans un premier temps, Hitler voulait  transférer « ses » Juifs  ailleurs et notamment dans la France de Vichy, comme le montrent les auteurs de la nouvelle édition de leur ouvrage, Marrus et Paxton.

Prenons le cas d’une corrélation entre les hommes et les astres. Est-ce à dire qu’il existe un lien direct entre ces deux plans et plus précisément entre telle configuration et tel type d’événement? Il est tout à fait possible, en réalité, qu’il faille trouver des chainons intermédiaires, ce qui fait que l’affirmation de l’existence d’un tel lien serait aléatoire. Plus on laisse de champ entre la cause et l’effet considéré, plus il sera improbable que cette cause produise nécessairement cet effet. A contrario,  plus l’effet est proche de la cause, plus un tel risque tendra à diminuer.

Dans bien des cas, le mérite que l’on attribue à un auteur est indu dès lors que l’on découvre de quel texte il s’est inspiré. Bien évidemment, cela vaut pour l’interpréte d’une pièce musicale qui n’est pas l »‘auteur de la dite pièce, laquelle peut fort bien avoir été jouée des centaines de fois auparavant par des centaines d’interprétes. Cela importe au niveau bibliographique mais plus encore au niveau biographique quand on  laisse entendre que tel auteur  a été l’auteur de telle œuvre alors qu’il n’a fait que se l’approprier.

En ce qui concerne l’étude des langues, on notera que l’anglais n’a eu de contact direct avec le latin qu’accessoirement et que ce contact s’effectua avant tout par le truchement du français, lanque qui d’ailleurs n’aura pas marqué seulement l’anglais mais bien d’autres langues comme l’allemand ou le russe.

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB

19 05 16

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Catheprdm |
Cathocevennes |
Amour777 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Uliscom
| Homélies pour l'année ...
| Ecoute la vie en toi