20 mai 2016 ~ 0 Commentaire

Jacques Halbronn L’astrologie et les mouvements sociaux. Les deux cas de figure : anarchie et Etat providence

L’astrologie et les mouvements sociaux. Les deux cas de figure: anarchie et Etat Providence

par  Jacques  Halbronn

 

On est prompt à comparer des mouvements sociaux qui en fait n’ont pas la même motivation. C’est le cas de cette année 2016 avec Mai 68. Or, astrologiquement- du moins au prisme de notre astrologie « triangulaire » (représentée par l’icône du trigone, à savoir le triangle), deux situations bien différentes sont à observer, tantôt  il s’agit d’un contexte « triangulaire » comme en 68, 89 ou 2011, tantôt d’un contexte « conjonctionnel », comme en 78, en 95 ou  en 2016.

En 1994-95, nous avions publié une brochure intitulée « L’astrologie selon Saturne » (Ed. de a grande Conjonction) mais à l’époque nous ne disposions pas du même modéle qu’actuellement et ne recourions pas encore aux étoiles fixes. Cela ne nous empêcha pas toutefois d’annoncer un mouvement social d’envergure pour la fin 1995, ce qui se produisit. (cf nos textes sur le site grande-conjonction org,  notamment)

Contentons-nous iici de préciser comment nous voyons les choses aujourd’hui. Lorsqu’il y a formation d’un triangle sidéral ( Saturne au mi-point de deux fixes royales), les foules flirtent avec l’anarchie ou si l’on préfére le meurtre symobolique du père. On a vu ce que cela donna avec le printemps arabe en 2011 mais aussi en Espagne la même année. Mais en 68, l’enjeu était grosso modo déjà du même ordre: on s’en prenait au « mâle dominant ». En effet, a phase triangulaire exaspére le côté « androgyne » et leur refus du phallus masculin.

En ce qui ce qui concerne l’autre cas de fiigure,  quand Saturne « ferme l’éventail » du triangle et est en conjonction avec une des fixes royales, les femmes abandonnent leur posture androgynique et recherchent au contraire la protection, la prise en charge par les hommes, avec le fantasme d’un Etat (encore une fois le père) qui pourvoit à tout. Quand on écoute les revendications actuelles, l’on note qu’il existe bel et bien une telle attente de protection, On perçoit l’angoisse face à la réforme du Code du travail tout comme en 1995 quand Juppé voulut  modifier le régime des retraites. On veut défendre ses droits acquis. On veut que l’avenir soit garanti  par la société. C’est le climat typique de la phase que nous appelons conjonctionnelle.  Ce sentiment d’insécurité est tel que tout projet de réforme risque d’être mal accueilli. On aura compris que l’état d’esprit est radicalement différent de celui de la phase triangulaire: dans un cas, l’on veut faire disparaitre le chef, dans l’autre, on attend de lui qu’il fasse des miracles comme de faire reculer le chomage.

On aura compris que l’outil que nous proposons peut calmer considérablement les esprits dès lors qu’on le maîtrise et que l’on s’organise en conséquence.

Les réformes actuelles ne tiennent pas compte de la cyclicité féminine, elles sont voulues par des hommes qui ne passent pas par  un tel phénoméne. Nous avons qualifie ce paramétre féminin de « météo féminine ».  L’astrologie est foncièrement étrangère au fonctionnement masculin, d’où son rejet constant car quand on ne ressent pas un processus en soi même, on n’est pas enclin à en accepter la réalité. Les femmes, même quand elles ne se référent pas à une astrologie de bon aloi, ressentent bel et bien qu’il y a du vrai. L’astrologie ne sera accepté par le monde masculin que lorsqu’il sera clair que cela concerne les femmes et non les hommes.

 

 

 

 

 

 

JHB

21 05 16

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Catheprdm |
Cathocevennes |
Amour777 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Uliscom
| Homélies pour l'année ...
| Ecoute la vie en toi