20 mai 2016 ~ 0 Commentaire

jacques Halbronn Retour à l’usage premier des aspects en astrologie

Retour à ll’usage premier des aspects en astrologie

par  Jacques  Halbronn

 

A quoi servent les aspects en astrologie? Quelle est leur raison d’être.? D’aucuns nous disent que cela permet de relier les planétes au sein du thème astral. D’autres nous parlent des transits qui sont des aspects entre des points du thème et des astres « dans le ciel » à un moment donné autre que celui de la naissance.

Pour nous, en astrologie « triangulaire », les aspects  ont vocation à connecter une planéte avec une étoile, soit deux points dont la localisation est bien précise. Ce sont des configurations qui ne durent qu’un certain temps et dont la formation ou la disparition s’apparente aux signaux pavloviens à propos de la salivation d’un chien. Plus le signal est net, plus il est en mesure de déclencher un effet. Ce ne sont pas les astres qui agissent mais la configuration (cf les « yogas » en astrologie hindoue).

L’astrologie est née de la rencontre entre des facteurs mobiles et des facteurs fiixes (ou relativement tels). L’aspect gére l’évolution des relatons entre ces deux types d’astres. Autrefois, les planétes étaient aussi appelées « étoiles » mais  elles étaient dite errantes (‘où leur nom grec de planétes) par opposition aux fixes. Mais au départ, on avait d’un côté les luminaires « mobiles » (soleil et lune)  et les fixe avant que l’on ne découvre qu’il y avait ausi des « planétes ».

On aura compris que cela ne fait sens ni de connecter des fixes entre elles, ni des planétes (ou des astéroides) entre elles. Ne pas se servir des fixes, c’est complétement déséquilibrer tout le systéme astrologique. C’est comme constituer  une société unisexe.

On comprend qu’étudier les aspects formés entre planétes ne peut que générer une usine à gaz tant cela multiplie le nombre d’interrelations. Il faut opérer des sélections et s’en tenir à un nombre limité tant d’étoiles que de planétes. C’est pourquoi nous n’étudions ici que les aspects de Saturne avec  4 fixes situés aux 4 points cardinaux, ce qui crée un triangle tous les 7 ans environ et une conjonction également tous les 7 ans, à trois ans et demi d’écart, soit une division en 8  d’une révolution de Saturne.

Au Moyen Age, on désignait dans les traités d’astrologie en langue romane du XIIIe siècle (cf ,notre édition du Commencement de la Sapience des signes d’Abraham Ibn Ezra, Ed Retz 1977, Préface de Georges Vajda) les aspects sous le nom de « regard ». Pour nous l’astrologie ne peut se couper du visuel. Un aspect doit se voir dans le ciel quand se forme une figure géométrique, et c’est le triangle qui a notre préférence puisque Saturne forme périodiquement un tel polygone au cours de son parcours sur l’écliptique.

 

 

 

 

 

JHB

20 05 16

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Catheprdm |
Cathocevennes |
Amour777 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Uliscom
| Homélies pour l'année ...
| Ecoute la vie en toi