08 août 2016 ~ 0 Commentaire

jacques halbronn Les maisons astrologiques chez les astrologues actuels, de Roger Héquet à Laurence Larzul.

Les maisons astrologiques chez les astrologues actuels de Roger Héquet à Laurence Larzul

par  Jacques  Halbronn

 

L’attachement des astrologues actuels à la signification traditionnelle des maisons astrologiques

pose probléme. Nous en avons débattu  lors de notre colloque d’avril dernier avec Roger Héquet et récemment nous avons pris connaissance des publications de Laurence Larzul   dont les 144 combinatoires associations  maisons et signes zodiacaux, comme deux séries bien distinctes en ce qui concerne leur calcul sinon en ce qui tient à leurs significations respectives.

La bibliographie sur les maisons astrologiques est copieuse, de Dane  Rudhyar à Hadès  en passant par Ferdinand David mais elle laisse généralement dans l’ombre la question de l’origine de ces attributions. Ces auteurs se contentent d’un commentaire apologétique s’efforçant de donner du sens à une succession de significations tout à fait aléatoire. Si l’ordre des signes et des planétes ne suscite pas de réaction particulière- on peut imaginer d’autres agencements tout

aussi convaincants- en revanche, celui des maisons interpelle directement notre bon sens.

 

Quant à Dorsan, il avait publié,aux éditions du Rocher, en 1984 Le Véritable sens des maisons astrologique’ (Éditions du Rocher) dans lequel il proposait de numéroter autrement les maisons (ce qu’avait déjà suggéré Léon Lasson)

. En 1988, nous avions organisé à Paris un Colloque autour de la « raison des maisons » (que l’on peut suivre sur teleprovidence.com)

En régle générale, la plupart des astrologues se contentent de reprendre mécaniquement les

significations  habituelles  et prennent comme caution une pratique qui a bon dos et qui leur permet de s’en sortir même si le dispositif dont ils se servent ne tient pas debout..

Dans la Tétrabible, l’ordre des sujets à aborder obéissait à une logique qui voulait que l’on étudiât le mariage avant de s’intéresser aux enfants et que la mort était le dernier sujet; Or, dans le dispositif actuel,  on passe de la mort aux voyages tandis que les enfants sont abordés avant le mariage.  Bien pis,  cet agencement aura déteint sur la représentation des signez zodiacaux  sur la base d’un rapprochement entre le neuviéme signe et la neuviéme maison, par exemple. De même, les polarités entre maisons opposées  se fondent évidemment sur leurs significations respectives. En résumé,  puisque la Tétrabible aborde dans un certain ordre certains sujets, on aura trouvé logique de répercuter  un tel ordre sur la désignation des maisons astrologiques.

 

Sur wikipedia, on trouve un riche article intitulé le « symbolisme astrologique qui offre une sorte de synthèse entre deux traditions qui se sont succédées:

  • « La  première maison, dont le début est le plus souvent l’Ascendant (mais cela peut aussi ne pas être le cas selon la méthode de domification – ou construction des maisons – adoptée) est la maison de la vie, de la constitution du corps et des dispositions de l’âme. Elle décrit l’individu psychologique face à lui-même, ses tendances animatrices.
  • La deuxième maison, «  la Porte de l’Enfer », celle des biens et richesses. Elle décrit l’avoir et la concrétisation : acquisitions, possessions concrètes.
  • La troisième maison, « la Déesse », celle des frères, de la religion, des mutations, et des voyages. Elle décrit généralement les échanges. Ce sont les relations avec l’entourage (frères, proches, voisins) ; mais également les relations dans le sens spirituel (éducation, écrits) ou matériel (déplacements).
  • La quatrième maison (dont le début est le plus souvent le « Fond du Ciel »), celle des parents, de la fin de la vie et de la fin des choses. C’est la manière dont le sujet fait face à ses origines : milieu familial, parents, maison, foyer.
  • La cinquième maison, « la Bonne Fortune », celle des enfants, des affections et des plaisirs. C’est la maison de la création : récréations, et procréations.
  • La sixième maison, « la Mauvaise Fortune », celle de la santé, des serviteurs. Elle décrit les servitudes et tracas domestiques : travail, santé, corvées…
  • La septième maison (dont le début est le plus souvent le Descendant), celle du mariage, des contrats, des discussions. C’est d’une manière générale la maison de la relation à l’autre, celle du monde complémentaire ou antagoniste : mariage, associations, collaborations et inimitiés déclarées.
  • La huitième maison, « le Début de la Mort », celle de la vieillesse et de la mort, et tout ce qui a un rapport avec les crises ou les ruptures : la mort des autres (et les héritages), les crises et métamorphoses personnelles.
  • La neuvième maison, « le Dieu », est le domaine du « lointain », celui de la religion, de la foi, de la sagesse et du domaine transcendant, mais également sur le plan concret des grands voyages et des entreprises lointaines.
  • La dixième maison (dont le début est le plus souvent le Milieu du Ciel), est celle de la position sociale, des dignités, des honneurs. Carrière, profession, réputation…
  • La onzième maison, « le Bon Daïmôn » est celle des relations sociales, celle de la fortune, des espérances, des relations et protections, des amis.
  • La douzième maison, « le Mauvais Daïmôn », représente tout ce qui concerne les épreuves : maladies, embûches, exils, inimitiés cachées… c’est la maison des ennemis, des échecs, des tristesses, l’inconnu, et enfin la spiritualité. »
  • On rappellera aussi que les 12 maisons   bénéficiaient autrefois de représentations
  • iconographiques que la plupart des astrologues méconnaissent. alors qu’à présent on se contente de les désigner par un chiffre, ce qui est évidemment moins pittoresque que les signes zodiacaux.
  • Laurence Larzul dans son ouvrage  Les 144 voies du thème astral révéles par les nœuds lunaires  (2012) se sert systématiquement des maisons astrologiques  mais ne prend pas la peine de nous en exposer l’origine. Tout comme Roger Héquet, elle prend ces attributions
  • pour argent comptant ou si l’on préfére les justifie par la « pratique ». Ajoutons que l’on peut penser qu’il n’y eut au départ que 8 maisons, la huitiéme étant logiquement celle de la mort
  • (cf Patrice Guinard,  sur teleprovidence.com, 2011)
  • Or,  nous avons récemment montré qu’il y avait un probléme avec ces attributions prétendument « classiques ».

    Jacques Halbronn Contribution à l’histoire des « maisons astrologiques

    nofim.unblog.fr/.Contribution à l’histoire des « maisons astrologiques« 

     et  sur  TELE DE LA SUBCONSCIENCE

    Les significations des maisons astrologiques  (vidéo)
    Le  fait qu’il ne s’agit  au départ qu’une  sorte d’encyclopedia permettant de traiter successivement d’un certain nombre de domaines  ne  saurait en aucune façon
    justifier  que l’on associe telle partie du ciel, dans une journée, à l’un ou l’autre de ces
    domaines. C’est ainsi qu’au Livre IV  de la Tétrabible, quand il est écrit  » « Vu que les enfants suivent le mariage, c’esr ici le lieu où il convient d’en parler » (traduction de Nicolas Bourdin, 1640,), cela signifie simplement que l’on va traiter de ce qui touche à ce
    sujet et non que l’on renvoie à une certaine maison qui serait placée après celle du
    mariage! Notons d’ailleurs que dans le dispositif  tel qu’il  aura fini par être adopté, la maison des enfants ne se situe pas après celle du mariage (VII) mais avant, en
    maison V. En tout état de cause,  ce dispositif des maisons reprenant un certain
    protocole de travail,  nous apparait comme une simplification de la pratique astrologique
    puisqu’il se limite à étudier ce qui touche à une certaine maison spatialement
    circonscrite au lieu d’examiner l’ensemble du thème comme le propose Ptolémée, un peu
    comme lorsque l’on fait un thème de révolution solaire qui vaut pour les 12 mois
    qui suivent l’anniversaire.  On assiste donc ce faisant à  la mise en place d’une
    astrologie simplifiée. . Fort logiquement, Ptolémée aborde in fine la mort, mais ce n’est
    pas pour autant une raison pour attribuer la mort à la dernière maison; comme c’est
    le cas si l’on limite le nombre de maisons à 8 comme cela a du être le cas à un certain
    stade. Il semble que Ptolémée accordait la première importance aux aspects (comme
    le fera à sa suite Kepler) et nullement à la position en maisons, telles que nous les
    connaissons et qui n’existe pas dans sa méthode. « Il nous reste, dit-il, à considérer le
    genre de la mort »
    Cela dit, il est vrai que Ptolémée s’ntéresse aux maisons mais pas selon le code
    qui est le nôtre actuellement :  au chapitre des enfants, il conseille de « consulter  et peser
    les plantées qu sont au Milieu du Ciel ou au lieu succédant (qu’on apppelle du nom
    de Bon Génie) ou ceux qui sont configurés à ceux là ». Mais l’on voit que la maison
    des enfants serait située après le Milieu du Ciel, ce qui n’est pas le cas selon la
    pratique en usage désormais. Notons que Ptolémée privilégie dans son étude
    les positions de la lune, du soleil, de l’ascendant  (dit  horoscope) et de la Part de fortune.
    et les rapports entre ces 4 points. (ch sur les amis et ennemis)
    Notons qu’aussi bien Roger Héquet (né en 1957) que Laurence Larzul (née en 1962)
    entendent contribuer à l’amélioration de la prévision astrologique mais qu’ils recourent l’un comme l’autre à une astronomie de l’invisible (les noeuds, les maisons, les signes)) ou de l’artifice (directions, progressions)  alors que les aspects restent selon nous
    la référence astronomique la plus concréte si cela met en rapport de vrais corps célestes..

Les nœuds lunaires ou découvrez la voie de votre avenor grâce à l’astrologie karmique

(Laurence  Larzul avec Patrick Giani, Ed de Vecchi 1990 :

« Points d’intersection entre l’écliptique et l’orbite parcourue par une planéte , les nœuds constituent un axe d’évolution qui parcourt les signes du zodiaque. Cet axe nous permet non seulement de déterminer un caractère mais aussi une ligne d’évolutuion, une voie vers les vies passées etc »  (Reed LEs 144 voies du thème astral  révélées par les nœuds lunaires, 2012)

pour Laurence Larzul,  un de ses livres serait le « manuel d’astrologie prévisionnelle  du XXIe siècle’² (La prévision des échéances karmiques  2016)

Quant à Roger Héquet, il se présente ainsi: l’astrochronobiologie  (…) permet de dater avec une

précision jamais atteinte jusqu’alors en astrologie les événements de notre existence » (cf Le temps sidéral vécu. Essai d’astrochronobiologie, Ed du Rocher, 2001)

En tout état de cause, ces deux auteurs s’en tiennent  fidèlement aux significations ordinaires des maisons astrologiques.

Or, l’importance accordée aux significations des maisons astrologiques fait probléme depuis notamment notre travail sur les libres III  et IV  de la Tétrabible de Ptolémée.  En effet, alors que

cet auteur n’attribue nullement aux maisons astrologiques les significations reprises par nos

auteurs( et bien d’autres), en revanche, on retrouve des têtes de chapitre qui recoupent de façon frappante les dites significations. C’est ce quie nous appelons la « check list » de Ptolémée Tout se passe comme si cette liste avait été récupérée pour déterminer les significations des maisons

astrologiques, un peu à la façon dont les activités propres aux 4 saisons avaient servi à déterminer l’iconographie des 12  mois et partant des 12  signes zodiacaux..

On note que Hadès (alias Alain Yaouanc)  prône clairement de relier signes et maisons ayant la même numérotation, ce qui a pour effet que l’incohérence de la succession des maisons va contaminer l’interprétation des signes! ( Le livre des maisons  astrologiques,, 2000,  Ed. Hadès)

Face à la maison VIII, Hadès ne signale pas que la signification liée à la mort devrait être celle de la dernière maison. On a le même probléme avec Saturne qui fut longtemps l’ultime planéte et représentée par un vieillard. Mais l’intégration de trois planètes plus lointaines aurait du conduire à  transposer certaines attributions de Saturne successivement, au fur et à mesure des

découvertes astronomiques sur Uranus, puis sur Neptune, puis sur Pluton..

Or, il apparait que le Livre III concerne le thème de conception et le Livre IV le thème de naissance, le premier  traitant des conditions de la naissance et le second celle de la vie de la personne, une fois sortie de l’enfance et jusqu’à la mort.. En effet, la logique de la prévision astrologique implique que l’on annonce ce qui n’est pas encore advenu. A quoi bon décrire l’enfant une fois qu’il est né et qu’on l’a en face de soi?  Ce  premier thème ne pouvait donc être qu’un thème horaire, dressé bien avant la naissance.

On notera cependant  que selon nos auteurs  le nœud  sud couvre le début de la vie et et le nœud nord correspond  à une période plus tardive. On retrouve ainsi le découpage en 2 volets des maisons astrologiques, celui de l’enfance et de la famille d’une part et celui de l’âge adulte et de l’intégration sociale.

Or, on retrouve dans les 12 maisons astrologiques  l’addition des deux check lists, l’une qui décrit le cadre de vie des premières années et l’autre ce qui concernera le reste de la vie et dont on n’a pas encore idée au moment de la naissance. On aurait donc pu se contenter des dernières maisons astrologiques, de la maison VII à la maison XII en répartissant leur contenu entre les 12 maisons voire entre les 8 maisons, si l’on opte pour une telle division. Le client de l’astrologue connait bien sa famille de naissance,  (maisons I à VI)  et ce n’est pas cela qui l’intéresse Il veut connaitre son avenir.

Ces auteurs qui ont voulu  renouveler l’astrologie prévisionnelle ne semblent pas avoir été en mesure d’en recalibrer les outils. Il y a peu nous avions consacré une étude aux publications de Pascal Bouriche, âgé d’une quarantaine d’années et qui représente le courant sidéraliste. Il n’est

pas le premier  ( on  a cité Dorsan, mais il y en a bien d’autres comme Marie Delclos, Denis Labouré etc) pas plus que Laurence Larzul n’est la première à traiter de l’astrologie karmique en

France, citons Dorothée Koechlin de Bizemont,  Iréne Andrieu et Patrick Giani avec lequel Laurence Larzul publia son premier ouvrage d’astrologie karmique il y a 25 ans.

Ces deux courants, le sidéraliste et le karmique ont en commun de proposer un autre référentiel zodiacal au grand public.

C’est ainsi que Laurence Larzul nous demande de ne pas nous focaliser sur le signe solaire

car ‘il ne précise pas  ce que nous devons en faire. CE sont les nœuds lunaires qui révélent le but de notre incarnation ». On se découvre donc associé à d’autres signes que ceux auxquels on s’était habitué.  Déjà, dans les années cinquante, on nous mettait en garde: le signe solaire, c’est bien mais n’oublions surtout pas le signe « ascendant », ce qui faisait que les gens étaient

invités à se situer par rapport à deux signes. Quant à l’astrologie sidéraliste, elle nous  priait

également de changer éventuellement de signe, du fait de la précession des équinoxes.

Dans tous les cas de figure, on nous proposait de nous voir « autrement », de ne pas nous focaliser sur tel ou tel signe.

On sait aussi que la plupart des astrologues associe une maison à un signe: maison III et troisiéme signe (Gémeaux) et ainsi de suite tant et si bien que le signe est perçu à travers la maison qui lui correspond, la planéte qui lui correspond, l’Elément qui lui correspond, s’il est en début, milieu ou fin de saison, de sorte que le poids du « symbolisme  » propre au signe s’en trouve sensiblement relativisé, sans parler des planétes qui occupent le dit signe, dans le thème. ou qui ont maitrise sur lui.

Mais les maisons astrologiques ont quelque chose de plus concret que tout le reste en astrologie. C’est le fait de la check- list de la Tétrabible qui était si bien conçue qu’on l’utilisa pour préciser les significations des dites maisons. Il est vrai que le tableau que nous avons repris de

l’article Wikipédia nous montre que les anciennes signfications n’étaient guère parlantes tout comme d’ailleurs les anciens noms des planétes avant qu’on leur attribue des divinités. On sait

d’ailleurs que ce dispositif des maisons a été repris dans certains tirages du Tarot ainsi qu’en

géomancie  et pourquoi pas si l’on considére qu’il ne s’agissait au départ que d’une sorte de pense- bête qui n’avait nulle vocation à se figer comme cela sera le cas par la suite.

Rien n’interdit au demeurant de consulter l’astrologue pour faire une sorte d’échographie, en dressant un thème horaire, un certain temps avant la naissance, sur la base des six premières

maisons, à caractère domestique.

Pour en revenir aux ouvrages de Laurence Larzul, on peut se demander s’il n’aurait pas été plus

heureux d’associer les significations des maisons avec celle des signes ce qui aurait évidemment diminué sérieusement le nombre de « voies ». Au lieu de 144, on n’aurait plus que

les nœuds lunaires sur les 6 axes zodiacaux, soit 12 possibilités, selon la position du nœud nord

et du nœud sud.

Avec l’astrologie des maisons, la tradition tend à se présenter comme intemporelle. On ne sait pas d’où sortent ces significations, on ne signale pas les tribulations que ce dispositif a subies.

Comme nous le rappelle Laurence Larzul,  c »est déjà avec Vettius Valens que le  nouveau dispositif fut mis en place  et selon nous inspiré par la lecture de la Tétrabible. Je n’ai jamais écrit que Ptolémée utilisait ce systéme mais que sa méthode de travail, sujet par sujet avait servi  avec plus ou moins de bonheur à de nouvelles dénominations. :

« Vettius Valens, dans ses «
Anthologies » (Livre IV, chapitre 12), utilise les douze
maisons avec, en gros, les significations que nous leur
connaissons actuellement (page 53). »

Apparemment,  Laurence Larzul ne s’interroge guère sur le bien fondé de la succession de ces significations, à l’instar des astrologues actuels qui ont renoncé à comprendre pour se contenter d’appliquer. Mais quand on écrit des livres, mieux vaut quand même faire un effort

de clarification  comme l’avait déjà fait Abraham Ibn Ezra a XIIe sièclle dans son Livre des Raisons que j’ai traduit et publié en 1977  chez Retz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Catheprdm |
Cathocevennes |
Amour777 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Uliscom
| Homélies pour l'année ...
| Ecoute la vie en toi