23 août 2016 ~ 0 Commentaire

jacques Halbronn La reconstitution manquée du savoir astrologique d’origine

La  reconstitution manquée du savoir astrologique d’origine

par  Jacques  Halbronn

 

Dans bien des cas,  les savoirs que l’on nous transmet  auront fait l’objet de tentatives de reconstitution plus ou moins heureuses  cela vaut pour la plupart des traditions, depuis la Bible  jusqu’aux corpus linguistiques en passant par  Nostradamus ou l’Astrologie. Ce qui nous parvient devraitt être  sujet à caution, à inventaire.  Le terme de reconstitution renvoie notamment aux pratiques de la police française. mais aussi au théatre, au cinéma. .On rejoue la scéne du crime. Des monuments auront été ainsi  reconstruits « à l’identique ». .

Notre  travail de chercheur nous aura ainsi conduits à nous intéresser à la genése des Centuries de Nostradamus  (post doctorat  Le dominicain  Giffré de Réchac et la naisssance de la critique nostradamique au XVIIe siècle, 2007)  ou encore à  la langue française telle qu’elle nous apparait au prisme de l’anglais  (Linguistique de l’erreur et épistémologie populaire,1987. et Langue et culture. Essai de description critique du système du français à la lumière des relations interlinguistiques (1989 )

De telles reconstitutions comportent évidemment des piéges  de toutes sortes  et on le verra  ici à prppos de l’astrologie. La thèse que nous soutenons  est la suivante. Le savoir astrologique originel  se serait perdu et d’aucuns se seraient mis en tête de le reconstituer comme il est probbale que l’ancien Testament ait été le résultat d’un tel processus de reconstiution, consistant notamment à rassembler toutes sortes de pièces supposées  faire partie intégrante du corpus concerné…

Les rédacteurs  attelés à un tel projet  savaient que cela avait affaire avec l’astronomie et que ce serait en examinant de près tout ce qui avait traite, de près ou de loin  avec elle qu’ils auraient quelque chance de reconstituer un tel savoir. D’ailleurs, un Ptolémée, au IIe siècle de notre ère, ne proposa-t-il pas à côté de son Almageste  une Tétrabible, soit un traité d’astronomie et un autre d’astrologie?

Dès lors que l’on admettait que l’astrologie dérivait de l’astronomie dont elle était une sorte de commentaire, l’attention fut certainement attirée par le nom mythologique  des planètes et les appellations pittoresques balisant le parcours des planétes du « systéme solaire » sur l’écliptique, lesquelles appellations venaient d’une iconographie des 12 mois de l’année, en rapport avec le cycle des saisons..  C’est ce que l’on pourrait appeler les « Délices de Capoue » en évoquant la campagne avortée d’Hannibal en Italie; victime  du chant des sirénes.

Les rédacteurs du canon reconstitué du savoir astrologique  accordèrent ainsi beaucoup trop d’importance à ces dénominations planétaires et à celles qui ponctuaient le parcours des astres. En cela, ils firent fausse route et ce doublement.

D’une part, en conférant à chaque planéte un nom de divinité, on créait ainsi des différences factices entre des  astres ayant le même  profil au regard de la science astronomique.Et ce faisant, ils allaient manquer la véritable dualité,  bien réelle celle-là, entre planétes et étoiles fixes.

D’autre part,  en balisant au moyen des 12 symboles zodiacaux le parcours de chaque planéte (luminaires compris), les rédacteurs  passeraient à côté d’une autre dualité, temporelle et non plus spatiale,  qui est inhérente à l’idée même de cycle,  à savoir un balancement binaire  fait d’un rapprochement et d’un éloignement entre deux facteurs. La division en 12  noyait le poisson en quelque sorte.

Toute cette symbolique était en fait aussi peu intéressante pour les astronomes que pour les astrologues et ne devait être considéré que comme un pense  bête comme quand on donne un prénom ou un surnom à un enfant , un nom à une rue. Que l’on nous comprenne bien, ce qui est  grave, ici, c’est que les astrologues se soient égarés et aient perdu de vue les problématiques essentielles,

Cette astrologie originelle que l’on avait ainsi tenté de reconstituer à quoi aurait-elle du ressembler?  A une dialectique entre une planéte se mouvant entre quelques étoiles fixes et dont les phases étaient marquées par une succession de conjonctions et  donc de séparations entre la dite planéte et un quatuor de fixes formant un cadran  cosmique, la planéte servant d’aiguille..

Tentative donc manquée de reconstitution du savoir astrologique due à certaines méprises. Mais il en aura été ainsi dans bien d’autres domaines et nous pensons notamment que dans la Bible, le récit de la Genése  sur l’intervention de Dieu, sur la création d’Adam et d’Eve  n’est pas à l’abri de contresens, tout comme celui relatif aux Dix Commandements. Le rôle de l’historien est de repérer   de telles erreurs de reconstitution, encore que parfois, ces erreurs aient pu être volontaires.

 

 

 

JHB

23 08 16

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Catheprdm |
Cathocevennes |
Amour777 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Uliscom
| Homélies pour l'année ...
| Ecoute la vie en toi