09 novembre 2016 ~ 0 Commentaire

Jacques Halbronn Les astrologues et l’élection de Donald Trump

Les astrologues et l’élection de Donadl Trump

par  Jacques  Halbronn

 

Les outils dont se servent les astrologues (et peu importe ici les résultats qui peuvent être obtenus par toutes sortes de moyens) nous paraissent inappropriés, à savoir le thème du candidat et celui du jour de l’élection.

L’astrologue doit pouvoir disposer d’une typologie  qui lui permette de situer la posture de chaque candidat  et  le climat cyclologique du moment. Et cela ne passe pas par le thème astral.

Le profil des candidats n’est pas à chercher des décennies en arrière, au moment de leur naissance, mais dans l’image qu’ils donnent d’eux mêmes, au cours de la campagne car si tel candidat a  adopté telle attitude, c’est en rapport avec le climat présent et sous un autre climat, il aurait pu adopter une autre attitude.

Dans la confrontation Trump-Hilary Clinton,  chacun se situe sociologiquement dans des registres différents. Ce n’est un secret pour personne que Trump est étranger au milieu politique.. Citons cette donnée : « l’establishment washingtonien et le petit monde des think tanks spécialisés dans les relations internationales, qui conseillent habituellement les candidats en politique étrangère, se sont tenus à distance de lui et de ses vues peu orthodoxes. » Bref Trump est un candidat anti-establishment, ce qui n’est pas le cas de Clinton, qui femme de président, secrétaire d’Etat lors du premier mandat d’Obama, sénatrice alors que Trump n’occupa  jamais aucun poste d’élu. Des profils donc bien différents sans que l’on ait besoin d’éphémérides  pour s’en rendre compte. Ici, ce n’est pas tel individu qui est en jeu mais ce qu’il représente ou censé représenter, voire symboliser.

Quant au climat astrologique, là encore, il s’agit d’avoir des outils qui permettent de diagnostiquer un processus sur plusieurs mois voire sur un an ou deux et non s’accrocher au seul thème de l’élection présidentielle du 8 novembre 2016, comme d’aucuns seraient tentés de le faire, convaincus que seul le résultat final compte et que tout va donc se jouer lors des dernières heures! On retrouve là  une approche qui est celle d’un Roger Héquet qui est persuadé que tout  dépend des configurations du moment considéré (dans le cas de Héquet, ce sont les directions à partir du thème natal et non les données astronomiques réelles pour 2016) et du rapport avec les astralités de naissance du candidat.

Mais les astrologues disposent-ils d’une interface entre astrologie et sociologie qui leur permettrait de traduite certaines configurations jugées marquantes en langage politique? Et  inversement, sont-ils en mesure de transposer le cas Trump dans le cadre des enjeux de société à savoir le cas de quelqu’un qui, comme on l’a dit, est « atypique » – comme l’était d’ailleurs pour d’autres raisons en 2008, un Barak Obama, en tant que premier président afro-américain?

Car du moins au regard de l’astrologie  alpha-oméga, que nous prônons, la configuration est assez comparable, du fait d’une conjonction Saturne-étoile fixe royale: Antarés (début sagittaire)  à présent et Regulus à l’époque.(début vierge) vu que deux mandats de 4 ans équivalent en gros à une période de 7ans, en raison des orbes et des rétrogradations.

Le candidat « atypique » était donc voué à l’emporter du fait d’une  des 4 conjonctions du cycle de Saturne car la conjonction signifie le rapprochement en quelque sorte des plaques tectoniques entre des continents qu’on croyait séparés mais qui en réalité obéissent à une certaine  cyclicité.

. Qu’entendre par « ‘atypique »? Quelqu’un qui est parvenu à s’infiltrer dans un environnement qui n’est pas le sien, que ce soit en montant ou en descendant au prisme de l’échelle sociale. Entendons par là  qu’il existe deux cas de  figure: selon que c’est  quelqu’un qui monte ou qui descend et qui ne craint pas d’être en porte à  faux dans un cas comme dans l’autre. Entre

parenthèses, si l’on s’arrête un instant sur la campagne présidentielle française, le candidat qui

aura le plus de chances sera celui qui soit à la façon d’un Trump viendrait de la société civile, ce qui n’est le cas d’aucun des candidats à droite, la situation à gauche n’ayant pas encore été  clarifiée et décantées- mais qui n’est pas sans pointer vers le FN du fait même qu’il a été ostracisé par la Droite « de gouvernement).- soit  dès lors qu’un des candidats en vienne à montrer un fort interêt pour la société civile; On notera à ce propos que le projet Loi Travail  qui marqua si nettement l’année 2016 correspond à une volonté du milieu politique d’intervenir dans la situation des travailleurs. Un intérêt soutenu pour le sorte de certaines populations affiché par tel leader politique peut se révéler  payant. Le candidat qui gagnera sera forcément  perçu comme un intrus qui interfère avec un certain ronronnement, dans quelque sens que cela soit et qui n’a pas « sa place » dans le territoire qu’il entend couvrir.

On aura compris que l’on n’a  que faire ici de ces astrologues dont le savoir faire se réduit à monter des thèmes et à jongler avec des interprétations  plus ou moins à leur guise, tant le modèle est malléable.

A ce propos, pourquoi ne pas s’intéresser à ce qui se joue dans le milieu astrologique où l’on retrouve ces mêmes clivages de classe, entre une élite théorisante et une base engagée dans une pratique routinière?  Peut être là aussi, est-il temps de désenclaver les clivages et notamment pour l »intelligentsia astrologique  de sortir les praticiens de leur train-train au risque d’apparaitre comme un empêcheur de tourner en rond?

Bien évidemment,  certains astrologues auront tout simplement  confondu une analyse objective avec leurs ressentis personnels, notamment du fait du  comportement « sexiste » de Trump.

 

 

 

 

Annexe

 

Quelques jugements d’astrologues sur les chances de Donald Trump.

 

L »astrologue brésilienne Abramo

Présidentielle 2016 aux Etats-Unis
(395) 4411008448La démocrate Hillary Clinton ou le républicain Donald Trump? Quel candidat remportera-t-il le scrutin présidentiel? La carte astrologique du 8 novembre promet des surprises…Le jour de l’élection du 58e président des États-Unis, la Lune quitte le signe des Gémeaux, d’après la carte astrale pour la ville de Washington. « Cette position de la Lune promet des résultats inattendus », a indiqué à Sputnik l’astrologue brésilienne Bárbara Abramo, qui a assumé pendant 16 ans l’horoscope du jour au journal Folha de S. Paulo. Or, à son avis, le 8 novembre réserve aussi bien des signes positifs que négatifs pour les deux candidats. « La victoire sera remportée avec un très petit écart. La carte du jour pour Washington et ses alentours avantage Hillary », a déclaré Mme Abramo.
En savoir plus: https://fr.sputniknews.com/international/201610231028330960-election-us-astrologie-prevision/

 

 

Astrojournal  Le journal  d’un astrologue ( Patrick Louis  Vincent)

Oui, mais ! Si le populaire/populiste TRUMP emportait les primaires au sein du parti républicain, c’est peut-être à ce moment que commencent les ennuis.

La révolution lunaire progressée montre des aspects très dangereux entre le 15 et le 17 juillet 2016. Le 15 juillet, la Lune entre dans le Scorpion, encadrant l’Asc avec Saturne. Le 16 juillet, le Soleil arrive à 29 Gémeaux, sur le redoutable degré où se trouve Uranus 29 Poissons, Mars 29 Balance. Le 17 juillet, le Soleil entre dans le signe du Cancer sidéral, en aspect partile avec le Point d’Eclipse du thème de naissance sur le Fonds du Ciel. Cette période lunaire est la plus mauvaise qui soit pour Donald TRUMP. Je ne sais pas à quel moment des primaires sera désigné le candidat, mais ce que je sais, c’est qu’il n’est plus dans la course après cette période. C’est ce qu’indiquent les révolutions lunaires suivantes. Ascendant au carré des nœuds le 8 août. Pluton au Fond du Ciel au carré partile du mi-point Asc/Lune le 4 septembre, Saturne et MC en Scorpion, vide d’aspects le 1er octobre, et surtout, la révolution du 29 octobre, celle qui précède l’élection présidentielle du 4 novembre, l’ascendant est au carré de la Lune en IV qui est à l’opposition d’Uranus en X 26 Poissons, lui-même au carré partile de Mars 26 Sagittaire.

Si TRUMP est candidat, c’est la déroute. Il vaudrait mieux qu’il ne le soit pas, et je pense qu’il ne le sera pas, à cause d’un évènement tragique autour du juillet 2016.

 

Franck Nguyen

Elections USA 2016: astrologie chinoise

CLE, mél n°48757 envoyé le dimanche 25 sept 2016 par Franck Nguyen

Bonjour à tous,

Le duel Clinton – Trump m’a laissé à la fois indifférent et surpris. En fait je n’ai pas compris pourquoi Trump est arrivé à émerger sur la scène américaine, tant le personnage est ahurissant.

 

Jean François Richard

Au plan astrologique, nous pouvons seulement rappeler, sans entrer dans les détails, que la décroissance d’une majorité de cycles planétaires d’une part et que le conflit Uranus-Pluton exercent des pressions « récessionnistes », poussent les peuples et les Etats au repli sur soi et donc au rejet de la mondialisation tout autant qu’ aux immigrations incontrôlables, dressent les classes moyennes contre les élites politiciennes auto-proclamées et favorisent une panoplie diverses de nouveaux courants politiques à la droite de l’échiquier, de certains mouvement simplement libéraux ou conservateurs à des formations typiquement populistes ou carrément fascistes. Dans l’élection de Trump, on voit bien un assez magistral condensé de tout cela…

Le choc entre Saturne et Uranus (cycle principal des Etats-Unis) de l’été et du début de l’automne dernier (sesqui-carré de 135°) annonçait le succès de Donald Trump en favorisant l’alternance. Nous avons cependant indiqué que ce cycle n’est pas toujours opérant (contre-exemple notamment avec l’élection de Bill Clinton en 1992 parmi d’autres).

Nous n’avions donc pas insisté sur ce paramètre car il est souvent aléatoire, même s’il fonctionne parfois de façon magistrale. Ce fut le cas avec l’élection de Barack Obama en 2008 (opposition Saturne-Uranus) et à présent bien sûr celle de Donald Trump (sesqui-carré Saturne-Uranus). Même si l’analyse sur un succès de Donald Trump était donc sujet à caution et que nous ne l’avions pas mise en valeur par prudence et simplement mentionnée à titre de réflexion ou d’interrogation, on comprend au moins dans quel sens a agi le cycle Saturne-Uranus dans cette élection. De façon de toute évidence magistrale…

 

Martine Barbault

 

martinebarbault.perso.sfr.fr/PDF/Trump.pdf

 

« L’année 2016 voit justement apparaître une dissonance Jupiter-Saturne (Jupiter-Vierge au

 carré de Saturne-Sagittaire, le tout amplifié par Neptune, au double carré de la dissonance).

Il semble donc que ce cowboy mégalo ne va pas tenir la distance à partir de mai-juin lorsque

le carré est exact et lorsque, Uranus arrive au carré de Saturne (juin, septembre-octobre) « 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Catheprdm |
Cathocevennes |
Amour777 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Uliscom
| Homélies pour l'année ...
| Ecoute la vie en toi