20 janvier 2017 ~ 0 Commentaire

Jacques Halbronn Peut-on parler d’une Bible syncrétique? La question des répétitions

Peut-on parler d’une Bible  syncrétique? La question des répétitions

Par  Jacques Halbronn

On entend par syncrétisme un corpus constitué de pièces offrant un certain caractère ressemblance et dont on aura composé un ensemble se présentant comme d’un seul tenant. L’on peut parler de recueil et nous avons consacré notre thèse d’Etat en partie à ce genre. (Le texte prophétique en France. Formation et fortune, Villeneuve d’Ascq,  Presses Universitaires du Septentrion, 1999)

Il est tentant et courant pour les commentateurs de chercher à donner du sens à cet étrange  mélange de diversité et de redondance. D’aucuns y voient une confirmation, un recoupement, venant attester de la véracité des propos.  D’autres sont plus sceptiques et se demandent si  la dimension; légendaire,  mythique ne l’emporterait  pas sur une quelconque réalité

On donnera quelques exemples de telles répétitions où les textes ne diffèrent que par le nom des protagonistes:

 

La création d’Adam aux chapitres I  et II  de la Genése

Gen I, 26

Dieu dit  « Faisons  les êtres humains à notre image (…) Alors dieu créa les humains à son image et ils sont vraiment à l’image de Dieu. Il les crée  homme  et femme »‘ »

Ce récit est repris dans Genése V : « Le  jour où Dieu  a créé les êtres humains, il les a faits pour qu’ils lui ressemblent. Dieu les a créés  homme et femme »

 

Gen II Le Seigneur  Dieu prend de la poussière du sol  et il forme un être humain (…) Dieu dit « pour l’homme, ce n’est pas bon d’être seul. Je vais lui faire une aide qui lui convienne  parfaitement (..) Avec cette cote (Il)  fait une femme  et il l’amène à l’homme (…) On l’appellera femme de l’homme parce qu’elle  vient de l’homme »

Deux scénarios différents, l’un qui veut que l’homme et la femme aient été crées en même temps et l’autre qui  déclare que la femme aurait été créée dans un deuxiéme temps.

 

 

-la nudité comme faute fatale.

On a le cas d’Adam (Genése) et de sa femme (pas encore appelée Eve) qui découvrent qu’ils sont nus, qui cachent leurs parties sexuelles et sont punis par Dieu.

Mais il y a aussi le cas de Noé,(Genése)  dont  la nudité fait probléme pour ses fils qui en ont honte  et notamment de la part de l’un des frères, Cham (en français, le chaud), ce qui est également jugé rédhibitoire..

- le frère élu  et l’autre non

Abraham déclare (Genése) à Ismaël qu’il sera certes  le père d’un grand peuple mais que c’est Isaac qui sera son vrai successeur.

Jacob (Genése) déclare à Joseph qu’un grand destin l’attend  certes mais que c’est Judah qui détiendra le sceptre. Dans les deux cas, les frères sont dits  se  prosterner  devant le frère élu.

 

Le mariage d’Isaac et de Jacob

Dans les deux cas, leur père, établi en Canaan,  les envoie chercher femme  à Haran, où une partie de la famille d’Abraham s’est installée, après avoir quitté Ur. notons que le dépat d’Ur aura été décidé par son père Térah(Genése, fin du chapitre XI) et c’est le départ d’Haran qui sera le fait d’Abram. Genése XII)

 

On a évidemment le cas de Jacob bénissant  Jacob au lieu de son aîné Esaü puis Manassé au lieu d’Ephraim, les deux fils de Joseph

 

- L’Alliance

Celle avec Noé  où Dieu  lui promet une grande descendance

Celle avec Abraham où Dieu lui fait le même genre de promesse/prophétie.

Dans un cas, Dieu (sous le nom d’Elohim)  fat alliance avec  toute l’Humanité et dans le second(sous le nom de Yahvé) avec un seul peuple.

Mais on notera qu’il y aura eu deux alliances avec Abraham, la première avec Abram (Genése XII) et l’autre  (Genése XVII) avec Abraham(par l’adjonction  à son nom de la lettre Hé). Dans le premier cas, il y a la naissance d’Ismaêl et dans le second celle d’Isaac.

La  montée fatale

L’on assimilera ici l’arbre et la tour

Dieu punit Adam et sa femme d’avoir consommé les fruits d’un arbre puis il châtie  ceux qui ont voulu dresser une tour, à Babel.  En revanche, une échelle, qui se dresse aussi verticalement, vaudra récompense à Jacob qui deviendra Israël.

 

On peut aussi  englober dans notre étude une comparaison entre l’Ancien et le Nouveau Testaments.

 

La naissance miraculeuse

 

Celle d’Isaac  et celle de Jésus

Dans les deux cas, l’annonce en est faite à la mère, respectivement  Sarah  et Marie. Par ailleurs, certains commentateurs soutiennent qu’Abraham n’est pas le père biologique d’Isaac mais que ce serait Abimelekh, ce qui est repris pour la paternité de Joseph.

 

Le fils sacrifié

Cas d’Isaac et de Jésus

Dans les deux cas, le père est prêt à sacrifier son fils,respectivement Abraham et « Dieu » le Père. Dans un cas, on nous parle du transport du  bois de l’autel, dans l’autre de celui de la croix.

On notera qu’Abram et Abraham, commencemnt par Ab, qui signifie Père. Or, dans la Trinité, on parle du Père, du Fils et du Saint Esprit.

L’on peut donc dire que Dieu a donné son fils en sacrifice.

Les deux Joseph et l’Egypte

Joseph  fils de Jacob est envoyé en Egypte par ses frères et le Joseph de Marie fera aussi un séjour en Egypte. Tous deux sont guidés par leurs songes.

 

Conclusion

Un certain nombre de scénarios semblent se répéter. Ils sont présentés comme correspondant à des temps différents mais l’on peut penser que cela ne concerne au départ qu’un seul et même événement.

En fait, pour fabriquer des faux, l’on a souvent coutume de recycler des documents anciens de façon à conférer aux contrefaçons une patine ancienne voire délibérement archaïque. Cela s’est constaté à propos de Nostradamus dont certains textes en prose ont été « traduits » en quatrains- en redistribuant les mots dans un nouvel ordre. Le probléme, c’est que par la suiite, les faux risquent de cohabiter avec leur modéle quand les compilateurs se contentent de rassembler tout ce qui a trait à un certain sujet ou à un certain auteur et c’est là que la supercherie se révéle. Dans le cas des Centuries, la conservation dans les bibliothèques privées ou publiques de toutes sortes d’ouvrage ayant trait au domaine aura fait ainsi de  cotoyer vraies et fausses éditions et de fournir au chercheur les sources des « forgeries », ce qui a pour effet de les faire ressortir alors même que l’intention des collectonneurs était au contraire de renforcer le dossier. C’est bien là tout le problème du syncrétisme, qui est une vraie mine d’or pour les éditions critiques. Il reste que tout cela fat un peu désordre, donne l’impression d’un tatonement de la part de Dieu, avec éventuellement  l’intention de montrer que Dieu est comme les hommes  – soit une vision anthropomorphique de Dieu- c’est à dire qu’il ne serait pas à l’abri des regrets, des remords, des erreurs, ce qui permettrait de douter de la solidité de l’alliance entre Dieu et le peuple hébreu, laquelle ne serait pas inscrite dans le marbre….

 

 

 

L

 

 

 

 

JHB

28. 01 17

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Catheprdm |
Cathocevennes |
Amour777 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Uliscom
| Homélies pour l'année ...
| Ecoute la vie en toi