21 mars 2017 ~ 0 Commentaire

Jacques Halbronn La voyance pure et l’expédient des supports. Le problème du thème astral.

La  voyance pure et l’expédient des supports. Le probléme du thème astral.

par  jacques  Halbronn

il y a déjà 40 ans, dans Clefs pour l’Astrologie (Ed Seghers, Paris, 1976),  j’étais parti en guerre contre la pratique du thème astral.  En effet, l’astrologie ne saurait se résumer à l’interprétation du thème astral (qu’il soit celui de la naissance ou de la consultation ou de quelque autre événement que ce soit). Le thème astral se veut une représentation du ciel à un instant T. C’est donc un moment très bien circonscrit mais le probléme, c’est que l’on se serve d’une grande quantité d’astres, de signes, de maisons. Contraste entre la précision du temps et le caractère de fouillis des données ainsi rassemblées et censées se combiner!

Pour moi, l’astrologie a drispierre nicolas vivre autrementqu’autres créneaux et d’autres méthodes à utiliser que celle du thème astral censé décrire une personnalité dans sa spécificité en quelque sorte irréductible ou tel ou tel événement en ce qu’il aurait de particulier.  Condamner le thème astral ne signifie donc aucunement rejeter l’astrolologie mais bien une certaine pratique que je considére comme déviante.

Or, il apparait que certains voyants se servent de l’astrologie pour leur consultation individuelle, s’appuyant donc sur des données de naissance, que ce soit pour dresser un thème ou simplement pour connaitre le signe zodiacal du client et dans ce dernier cas, l’on englobe la personne au sein d’une certaine famille psychologique, ce qui reléve d’une forme de caractérologie. Mais même cette forme « soft » d’astrologie, à 12 cases, sensiblement moins lourde que celle du thème astral, ne nous semble pas particulièrement fiable. Là encore, la précision des données jure avec une symbolique assez brouillonne, même si on l’articule sur une certaine mythologie planétaire.(Mars, planéte du bélier et ainsi de suite)

il me semble, en tout état de cause, que la voyance n’ a rien à gagner en faisant appel à l’astrolopsychologie du thème astral, dont la fiabilité est discutable. En effet, la capacité du voyant à capter son client dans toute sa spécificité est très supérieure à celle dont dispose en réalité l’astrologue.pierre nicolas vivre autrement

Seul un voyant peu maître de son art sera tenté par le recours à un tel expédient si bien que l’usage de l’astropsychologie pose probléme au regard de la déontologie de la profession. C’est toute la question des supports et cela vaut peu ou prou pour le Tarot. On peut même se demander si le voyant ne compromet pas ses dons en passant par  de tels procédés assez  artificiels, somme toute. Au cours de nos multiples interviews de voyants, certains nous ont expliqué qu’un « tirage » était susceptible de déclencher des « flashs » mais n’est ce pas dans bien des  cas une sorte de substitut à une « vraie » voyance et donc en quelque sorte tromper les clients sur la qualité des services proposés? Ce serait de la voyance au rabais et le client est en droit d’exiger que le voyant se passe d’un tel arsenal et qu’il assume pleinement ce qu’il dit, sans s’appuyer sur ce que l’astrologie ou les cartes lui révélent. Il n’est donc pas souhaitable que l’on donne à un voyant sa date de naissance ni même son nom (qui peut servir à la numérologie), tout comme d’ailleurs, il est préférable de ne pas poser de question à un voyant et de le laisser s’exprimer sans qu’on le mette sur la voie d’un probléme. Certes, le voyant risque  ainsi parfois  de nous dire des choses que l’on n’a pas forcément envie d’entendre mais il n’est pas souhaitable de vouloir encadrer son propos.

L’existence de séries symboliques comme le zodiaque ou le tarot ne nous semble pas vraiment ergonomique. Autant adopter des listes qui fassent sens pour le praticien et qu’il ait établies de lui-même, ce que font d’ailleurs  les concepteurs de plus en plus nombreux de jeux de cartes comme  Marc Kucharz.. Mais plutôt que de faire tirer les cartes par le client avec ses mains, nous préconisons que le praticien s’adresse au pouls de son client pour décider quels sont les termes de la série ainsi constituée qui sont à considérer dans le cadre de la consultaton en cours.(cf la méthode de Gilbert Lavalière, que nous avons interviewé)

Et il est quand même assez paradoxal qu’au lieu d’établir un contact direct,  l’on demande au voyant d’emprunter des détours: regarder le ciel,  tirer des cartes etc. où le lien entre le praticien et le client  restent assez hypothétiques. Il est vrai que certains clients répugnent à ce que le travail s’effectue directement et cela les rassure de procéder par des biais. De tels cas relévent de la thérapie et en aucun cas, le praticien ne saurait généraliser de tels procédés détournés. Certes, l’on peut imaginer que le voyant fasse semblant d’examiner le thème astral ou le tirage de tarot et fasse réellement de la voyance directe sans le dire car il parait que le client est rassuré de voir le voyant s’appuyer sur une science, un savoir qui s’enseignent et que l’on peut visualiser alors que la voyance est un don, une grâce.  Quand on examine les codes de déontologie publiés par telle ou telle association astrologique, l’on note l’insistance quant à l’acquisition d’un bagage au point qu’une personne qui se dirait astrologue et qui n’aurait pas reçu de formation en bonne et due forme, pourrait être qualifiée de charlatan.  En revanche, du moment que l’astrologue peut faire la preuve qu’il maitrise son « bagage », il sera en régle, quelque soit par ailleurs la qualité des services rendus. La déontologie de l’astrologie se résumerait par le principe suivant: les gens viennent vous voir pour de l’astrologie, donnez -leur de l’astrologie. Ils veulent savoir ce que l’astrologie a à leur dire? Eh bien l’astrologue n’a qu’à s’éxécuter en suivant le « manuel »!

Ne mélangeons donc pas les genres : le voyant doit avoir ses propres valeurs et s’y tenir. On ne lui demande pas d’avoir appris à lire un thème ou des cartes -et la littérature abonde à ce sujet!- mais à s’écouter lui-même,

 

 

intérieurement, ce qui peut passer par des messages qu’il reçoit d’une autre dimension,  et en ce sens le voyant recherche l’inspiration à l’instar du poéte et du génie.

Rappelons en conclusion qu’il existe une « vraie » astrologie qui a vocation à nous parler de la marche du monde, des phases par lesquelles passe l’Humanité mais cette astrologie n’est nullement faite pour traiter des cas personnels et quant à sa psychologie, ce n’est pas celle du signe zodiacal mais avant tout celle liée au fait que nous soyons un homme ou une femme et là encore le fait de préférer que l’on passe par le « thème » plutôt que l’on parte du sexe du client reléve là encore de la thérapie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB

21 03 17

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Catheprdm |
Cathocevennes |
Amour777 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Uliscom
| Homélies pour l'année ...
| Ecoute la vie en toi