26 avril 2017 ~ 0 Commentaire

Jacques Halbronn Le surdimensionnement des outils astrologiques et historiques pour appréhender l’actualité

Le surdimensionnement des outils astrologiques et historiques pour appréhender l’actualité

par  Jacques  Halbronn

 

Récemment, le spectacle des commentateurs des élections, dans les médias nous a fait penser à celui des astrologues face à l’actualité et il nous est apparu dans les deux cas d’avoir affaire à un surdimensionnement.

Quand on entend un Alain Duhamel, discourir sur les résultats du premier tour des élections présidentielles en déclarant que nous sommes entrés dans une nouvelle « ère », qui verrait la fin des partis politiques traditionnels, cela nous a fait songer, en effet,  à tel ou tel astrologue expliquant tel événement ponctuel en se référant à des cycles astrologiques de longue durée, ce qui passe notamment par le recours à des planétes transsaturniennes, sous prétexte que dans le « thème », telle planéte occuperait une place importante, selon tel ou tel critère.

On doit donc se méfier de ces journalistes qui jouent aux historiens et qui se voudraient les témoins de changements majeurs alors qu’il n’en est rien, la montagne accouchant d’une souris. De même, en est-il pour ces astrologues qui là encore font dans la « longue durée », à tout bout de champ! C’est dire que n’est pas historien qui veut!

Au lieu d’imaginer des changements « cruciaux », ne serait-il pas plus raisonnable de s’en tenir à des cadres et à des mesures plus modestes voire plus banals? Au fond, nos institutions perdurent et c’est également le cas des partis politiques garantissant l’alternance; Le centrisme nous apparait à l’inverse comme très inquiétant et rappelons tout de même que le nazisme se voulait être un centrisme, d’où son nom de national-socialisme, tout comme d’ailleurs le gaullisme qui conduisit à Mai 68 du fait de son refus de penser l’alternance, laquelle aurait du être inscrite dans la Constitution de 58.

Il importe par ailleurs de bien comprendre par quelle phase l’on passe car nous ne sommes pas psychiquement  figés. L’astrologue devrait être conscient des astralités qui pésent sur son état d’esprit. Et de fait, en ce moment, au regard de l’astrologie alpha-oméga, nous serions dans une phase de transition, en quelque sorte équinoxiale qui fait que l’on peine à penser les dualités bien tranchées devant se succéder.

Selon nous, l’outil que constitue le cycle de 7 ans permet aux astrologues de raison garder et de ne pas recourir à des perspectives par trop amples, sur plusieurs siècles. Il est vrai que cela exige de renoncer à se servir de planétes dont la révoluton nous semble surdimensionnée par rapport aux besoins existentiels de notre Humanité. Comme dit l’Ecclésiaste, il n’y a rien de nouveau sous le soleil  et  il y a un temps pour chaque chose.

Quant aux commentateurs politiques, il serait bon qu’ils comprennent bien l’esprit de la Constitution de la Ve République, à savoir que  les partis politiques sont la clef des législatives et non des présidentielles. Il est vrai que notre Constitution est un objet hybride qui dit une chose et son contraire, ce qui déconcerte notamment les observateurs étrangers de notre vie politique.

De Gaulle, en 1958, n’avait pas instauré l’élection présidentielle au suffrage universel et il ne s’y est  résolu que dans la crainte d’un attentat réussi contre lui, croyant ainsi pallier l’absence d’un homme providentiel par l’onction du dit suffrage. C »est ce que nous appelons, dans notre jargon, la tentation « alpha », à savoir pallier le facteur humain par la machine censée accoucher d’un leader, tout comme l’on attend de sa femme qu’elle nous donne un « successeur », ce qui est la loi sacrée de la monarchie.. Quand la peur de la mort nous étreint, nous sommes tentés de faire appel à une mécanique et c’est cela l’esprit Alpha.

A contrario, l’esprit Oméga  tentera d’échapper  à une telle emprise. Mais il n’y a pas lieu de dramatiser et de parler de quelque tournant « historique » quand il s’agit d’un processus revenant à intervalles réguliers relativement brefs. Tel serait l’apport de l’astrologie à la science politique dont on ne peut qu’observer de nos jours qu’elle est encore bien mal lotie du fat de ses acquaintances avec l’Histoire tout comme l’astrologie est minée par ses relations avec l’astronomie moderne.(cf notre étude  « De  la cyclicité longue en Astrologie mondiale ».(2003, sur Internet)

En ce qui concerne l’évolution de la situation politique au cours des prochains mois, nous dirons que la Constitution de la Ve République accorde le pouvoir à celui qui contrôle le Parlement, dont les membres sont élus sur une base locale à la différence du Président de la République, depuis la réforme de 1962. D’aucuns s’imaginent que dès lors que tel candidat a été élu, il va bénéficier ipso facto, dans la foulée, d’une majorité à l’Assemblée Nationale et cela d’autant plus si les deux élections se succédent à bref délai. Or, cela n’est vrai que si le Président est issu d’un parti politique « traditonnel » comme cela a été le cas jusqu’à présent, à l’exception de Giscard d’Estaing qui aura bénéficié du ralliement de Chirac en 1974 et d’une partie des gaullistes. Or, on ne saurait comparer une telle configuration avec le ralliement d’un François Bayrou à Macron, vue la taille du Modem! Quant à croire que le ralliement de telle ou telle personnalité à Macron, il importe de ne pas se faire d’illusion, cela ne vaudra que pour le second tour des présidentielles mais nullement pour le premier tour des législaties. Ne soyons pas dupes d’une opération qui ne vaut que pour un temps très court!

Espérons que ce « briefing » aura aidé certains astrologues à ne pas suivre certains journalistes dans leur délire, commentant la défaite d’un Fillon  qui n’est séparé du score de Marine Le Pen de moins de 500.000 voix. Pas assez pour tirer des plans sur la cométe et faire entrer en jeu la grosse artillerie des grands cycles planétaires. Est- ce qu’un déplacement de quelques milliers de voix sur un électorat aussi large était inscrit dans les astres ou dans les thèmes? Cela revient à vouloir expliquer astrologiquement un tirage de loto! L’astrologie n’a pas vocation à annoncer des changements majeurs, comme d’aucuns se l’imaginent avec leurs outils surdimensionnés, marqués par l’iubris historique mais au contraire de mettre en évidence le fonctionnement des sociétés et leurs modes de régulation. D’où le conflit latent entre astrologues  historiens et astrologues sociologues. Or, bien que nous considérions comme un historien de l’Astrologie et du Prophétisme, il reste que ce qui nous intéresse, ce sont les récurrences et les cycles courts.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB

26 04 17

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Catheprdm |
Cathocevennes |
Amour777 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Uliscom
| Homélies pour l'année ...
| Ecoute la vie en toi