12 mai 2017 ~ 0 Commentaire

Jacques Halbronn, Historique du milieu astrologique au prisme de l’astrologie alpha-oméga et de l’élection de Macron

Historique du milieu astrologique au prisme de l’astrologie alpha-oméga et de l’élection de Macron

par   Jacques  Halbronn

 

Entre le temps alpha (conjonction) et le temps oméga (opposition et ses dérivés 90°, 45° etc) vient s’intercaler un temps que nous avons appelé gamma et qui se situe à l’intersection entre le temps alpha et le temps oméga, comme le printemps entre Hiver et Eté.

Nous sommes actuellement dans un temps gamma, avec Saturrne situé à la fin du signe tropique du Sagittaire comme ce fut le cas lors de l’arrivée de De Gaulle au pouvoir en 1958. On a déjà, dans un précédent texte, signalé et souligné les convergences entre ces deux moments de la vie politique de la Ve République, à près de 60 ans d’intervalle. Dans les deux cas, le président doit se constituer une majorité pour pouvoir exercer pleinement ses pouvoirs, faute de quoi, il se retrouve réduit à la portion congrue d’un président de cohabitation voire de coalition.

Mais nous voudrions ici traiter de petit « monde des astrologues » que nous connaissons et pratiquons depuis 50 ans, puisque ,notre première apparition dans les réunions du Centre International d’Astrologie( CIA), au Musée Social de la rue Las Cases, date de la rentrée 1967- nous allions alors  sur nos 20 ans. NOus n’avions alors que quelques mois d’astrologie derrière nous mais pendant l’Eté, nous avions interprété pas mal de thèmes, souvent en allemand et en Israel, puisque nous avions passé l’Eté dans ce pays et été hébergé par une famille allemande de Galilée, près du Mont Thabor..

La carrière « météorique » d’Emmanuel Macron- toutes proportions gardées mais l’on sait qu’en astrologie, il importe de faire des comparaisons-  n’est pas sans nous rappeler quelques souvenirs personnels autour notamment de la phase « gamma », laquelle exige des qualités de rassembleur.

En juin 1973, donc à 25 ans  nous devenions Vice-président du CIA, profitant de divisions entre les membres du Bureau. Saturne parcourait alors le troisiéme décan du signe des Gémeaux, ce qui correspond  à l’entrée dans une phase gamma, ce qui vaut aussi pour le troisiéme décan du Sagittaire, puisqu’il existe un axe stellaire Aldébaran-Antarés à 9° (en tropique). En 1974, en conflit avec le CIA (cf le guide de la Vie Astrologique, Paris, Trédaniel, 1984),  nous avions conclu des accords  avec Jean-Pierre Nicola (et son CEFA,  et Patrice Louaisel (qui avait fondé le GERAS) et créé les Jounées Internationales Astrologiques de Paris (cf la vidéo sur Internet, la saga du MAU) qui se tinrent au mois de septembre 1974  en accord avec l’association américain ISAR à l’Hotel Méridien de la Porte Mallot, Paris. Nous étions toujours à l’époque chargé de la revue Trigone, organe du CIA. En juin 1975, tout comme Macron créera En Marche en 2016, quarante ans plus tard, nous fondions le MAU (Mouvement Astrologique Universitaire). Saturne était alors au milieu du signe du cancer, donc en fin de phase gamma. On pensait à l’époque que cela ne serait qu’un groupuscule qui ne ferait guère d’ombre au vénérable CIA dont un des animateurs avait été André Barbault, lui même ayant occupé le poste de vice-président. Mais dès décembre 75, nous tinmes un congrès international d’astrologie au FIAP (Foyer International d’Accueil de Paris de la rue Cabanis., qui fut boosté par la parutiion anti-astrologique du Manifeste des 186 dans la revue Humanist. En mars 1976, à la barbe de Barbault, paraissaient nos Clefs pouir l’Astrologie, chez Seghers, une collection encyclopédique très réputée à l’époque. Le reste est de l’Histoire.  On peut dire sans exagération que notre trajectoire au cours de ces années 73-76 fut météorique. Mais nous avions un sens aigu des alliances, c’est ainsi que nous étions rapproches de la revue L’Autre Monde, de Roger Faloci et de l’association Nouvelle Acropole de Paris, dirigée par Fernand Schwarz.C’est avec ces partenaires, nous organisâmes un Congrès sur l’Ere du Verseau (dont les actes paraitront en 1979 aux Ed Albatros). Parallélement, nous avions fondé la Faculté Libre d’Astrologie de Paris avec parmi les premières enseignantes Catherine Aubier et Marielle Clavel (plus connue désormais sous le nom de Marielle Garrel)t. Cette démarche « lambda » s’accompagna de « débauchages » de la part de membres du CIA de Paul Colombet comme du GERAS de Patrice Louaisel. mais aussi du CEFA  de  Nicola, en la personne d’Yves Lenoble. Quand en décembre 1977, nous célébrâmes notre trentiéme anniversaire, nous avions déjà de belles performances à notre actif. C’est dire que les 39 ans de Macron ne nous impressionnent pas particulièrement. Nous verrons si Macron fait preuve d’une telle aptitude à rassembler des personnalités autour de lui et pas seulement du public plus ou moins anonyme. Notre force aura été le contact personnel, ce qui aura conduit notamment à la parution d’une série de « bottins », de répertoires, de guides du milie astrologique.

Nous ne reviendrons pas en détail sur ce qui s’est passé depuis et nous entiendrons aux questions de synergie:  organisation de moul congrès en province, quadrillant littéralement la France mais avec des percées à l’étranger, de Genéve à Londes, de Bruxelles à Athènes ou encore création de fédérations régionales et internationales sans oublier nos accords avec les Editions Guy Trédaniel qui publièrent nombre de nos ouvrages, à commencer par le Guide de la Vie Astrologique. Enfin, on n’oubliera pas de citer une collection zodiacale aux Editions Solar, dans le cadre du MAU, avec notamment Catherine Aubier,, Françoise Colin et Dorothée Koechlin de Bizemont, qui reparaitra chez France Loisirs.

Autre moment fort qui nous conduisit à interférer avec le destin du GERASH de Louaisel, les années 1986-87. Profitant de tensions entre Charvet et Louaisel, nous nous retrouvâmes vice président du GERASH et comme Louaiseil redevenu président démissionna très vite, cela fit de nous son successeur. C’état une époque très exciytante parce qu’en 1985, nous avions contribué  à la création de la Fédération des Enseignants en Astrologie, présidée par Denise Daprey. C’est ainsi que nous nous trouvâmes en position stratégique au sein de trois structures astrologiques. Le congrès de Mars 1987 réunit un grand nombre de personnalités du milieu astrologique dans une configuration gamma, avec Saturne entrant dans le troisiém décan du sagittaire. Il fut suivi d’un autre congrès important de par la qualité de ses participants l’année suivante, toujours à Paris (pour la liste des intervenants, nous renvoyons au Guide astrologique paru en 1997)

En 1996, Fanchon Pradalier Roy nous contacta pour faire paraitre aux Ed. du Rocher une nouvelle édition de notre Guide de la Vie astrologique mais finalement l’ouvrage parur en 1997, aux Ed. Laurens. Cette édition avait été réalisée avec des contributions d’un très grand nombre d’astrologues qui nous avaient envoyé des éléments complémentaires. Elle avait été également inclue dans le cadre d’un mémoire de DESS (Paris VIII en 1995), « Le milieu astrologique, ses structures et ses membres ». En 1999, un rapprochement va s’opérer entre le MAU et le CURA de Patrice Guinard qui culminera avec le colloque décembre 2000 (à nouveau une phase gamma,)à Paris (cf les Actes sur le site du CURA), lequel colloque sera enregistré (en audio) par les soins du RAO( Rassemblement des Astrologues Occidentaux) En 2001, nous représentertons la FDAF (Fédération des Astrologues Francophones) d’alain de Chivré au congrès d’Andore.

Sautons jjusqu’à l’année 2004, où le MAU fétait les 30 ans du congrès de 74, lequel avait mis fin à une absence de congrès parisiens depuis plus de 20 ans,le dernier en date ayant eu lieu pendant les fêtes de fin d’année 1953-1954. Au mois d’Avril 2004, Saturne était  à 8° Cancer, donc en phase gamma et nous fûmes étonnés de l’impact que rencontra l’annonce pour novembre d’un congrès astrologique. Là encore, il ne s’agissait de réunir un public anonyme mais des « grosses pointures », ce qui correspond plus à l’esprit élitique oméga qu’aux compromis de la phase alpha, où la quantité remplace la qualité. Autrement dit, dans l’inconscient collectif des astrologues, notre image de rassembleur des astrologues, tant en congrès que dans nos « guides », s’était maintenue remarquablement (ce Colloque a été entièrement filmé et est enligne). Cet événement marquait d’ailleurs la fin d’une ère « Lenoble » qui dura une quinzaine d’années. Bien entendu, comment  ne pas mentionner en 2008, la création de la chaine de télévision astrologique Téléprovidence, née de notre rencontre avec Roger Héquet à laquelle partcipèrent de nombreux acteurs du milieu astrologique?

Nous avons en vérité trois casquettes- ce qui nous permet de surfer sur les phases successives  et souvent l’on n’en retient qu’une seule! La casquette de l’organisateur d’événements pour la communauté astrologique, celle d’historien, spécaliste notamment  de Nostradamus et enfin celle de réformateur de l’astrologie, cette troisiéme facette est peut être celle qui fait le plus probléme mais cela nous aura donné une certaine distance qui nous aura placé au dessus de la mêlée, ce qui est le propre de l’esprit « gamma ». Nous verrons si Macron au cours des prochains mois a bien un tel profil lui permettant de regrouper autour de lui des personnages de premier plan et d’entretenir des relations de proximité avec des responsables étrangers de haut rang.  Notre sentiment, c’est que Macron serait plus à l’aise avec  des inconnus qu’avec des gens connus et cela pourrait bien être là que le bât va blesser car une chose est de l’emporter au suffrage universel, une autre de savoir  réunir une part importante du « personnel »  politique. Qui vivra verra!.

 

 

 

.

 

 

 

 

 

JHB

12. 05 17

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Catheprdm |
Cathocevennes |
Amour777 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Uliscom
| Homélies pour l'année ...
| Ecoute la vie en toi